Le système nerveux : comment ça fonctionne ?

Publié le 16 juin 2022, par Anne

Que se passe-t-il dans la tête de votre cheval ? Vous vous êtes sans doute déjà posé la question. Pour tenter d’y répondre, nous nous sommes intéressés au système nerveux de votre compagnon, son fonctionnement et ses spécificités.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Le système nerveux du cheval se décline en deux parties majeures : le système nerveux central (SNC) et le système nerveux périphérique (SNP).

– Le SNC : Le système nerveux central du cheval est composé de l’encéphale (le cerveau) et la moelle spinale. Le cerveau chez le cheval est très petit par rapport à sa taille. Il se situe tout en haut de la tête, au niveau des oreilles et derrière, contrairement à ce que l’on pense (il serait situé sous le chanfrein).

La moelle spinale achemine les informations du cerveau au reste du corps et est protégée par la colonne vertébrale. Le trajet nerveux est similaire à celui de beaucoup d’autres espèces.

– Le SNP : Le système nerveux périphérique est composés de nombreux nerfs. Ceux-ci envoient des informations du SNC jusqu’aux organes (ordre de bouger) et des organes vers le SNC (un signal de douleur, de froid, de chaud…). Pour un vétérinaire, il est important de connaître l’emplacement des nerfs périphériques, notamment pour effectuer des anesthésies, par exemple pour diagnostiquer la raison d’une boiterie.

 

LES ORGANES DES SENS

Comme nous, les chevaux ont différents sens plus ou moins développés.

– La vue : C’est un organe très important chez le cheval, qui peut être atteint par de nombreuses pathologies. Des études ont démontrées que le cheval à une vision très large, ce qui explique notamment que des chevaux borgnes puissent enchainer des parcours. Sa vue a cependant un angle mort dans l’axe pile devant lui et derrière.

– Le touché : Le cheval a une sensibilité très importante au niveau de la peau. Elle est très innervée (comporte beaucoup de nerfs), ce qui le rend sensible aux insectes.

– Le goût : Il est assez développé. Celui-ci peut distinguer différents goûts et ne mange donc pas n’importe quoi.

– L’odorat : ce sens est aussi développé que le goût. En effet, le cheval ne voyant pas sous ou devant lui, ses fonctions olfactives et gustatives sont assez importantes, lui permettant de s’y fier sans voir ce qu’il mange.

 

BON A SAVOIR :

Le système nerveux du cheval peut être atteint par différentes maladies virales. On pense notamment à la rhinopneumonie, dont la forme nerveuse de la maladie à créer une épidémie en France ces dernières années. Le tétanos fait également partie de cette catégorie, cette maladie agit sur les muscles et les nerfs.

Les atteintes du système nerveux se manifestent par différents symptômes : ataxie, allant jusqu’à la paralysie, perte d’équilibre mais aussi spasmes musculaires. Il est donc important de vacciner ses chevaux et de faire appel à un vétérinaire en cas de doute. Celui-ci pourra prendre les mesures nécessaires pour le diagnostic et le traitement si nécessaire.

 

Mathilde Jager

Article réalisé avec la collaboration du docteur vétérinaire Du Mesnil et de l’IFCE